5 astuces pour se (re)mettre à créer.

 In Branding

« J’ai trop envie d’ouvrir ma boîte d’aquarelle. » « Ah, si je pouvais m’y remettre et créer ce que j’ai en tête. »

« Oh, si je pouvais prendre le temps de peindre ! »

Combien de fois ces phrases ont tourné en boucle dans ma tête !

L’envie de prendre mes crayons, mes pinceaux, de tout laisser de côté pour dessiner !

Mais trop souvent d’autres phrases suivent derrière, il y a toujours des :

  • Non, d’abord je dois envoyer ce mail. 
  • Ah non! Ma compta est à faire.
  • Je dois d’abord ranger le salon avant que tout le monde rentre à la maison. 

Je tourne et je procrastine. Pour finalement ne rien faire et avoir cette sensation de loupé le bus de l’inspiration.

Pour ne plus rater ces moments qui auraient pu me faire vibrer, me ressourcer, me recharger en bonnes ondes pour le reste de ma journée, j’ai mis en place quelques astuces pour ne pas louper le coche.

Je vous dévoile donc, ici, les 5 astuces que j’utilise pour me mettre en cré’action ! Ces trucs sont ceux que j’ai trouvés et qui me correspondent, ils ne sont donc pas une science exacte, mais ils peuvent déjà vous inspirer pour créer vos propres astuces. 

  1. Un arrêt dans le temps

À mon sens, la première chose à faire est d’oser s’offrir un moment rien que pour soi. De décider de s’octroyer un moment privilégié avec soi-même. Combien de fois ne me suis-je pas trouvé d’excuses pour faire autre chose de plus sérieux ou de plus utile !

La première astuce que j’ai mise en place est de planifier ce moment.

Pour ma part, j’aime consacrer quelques heures de mon dimanche ou une soirée à mon moment de lâcher prise et de création personnelle. J’aime avoir un rituel et le fait de le planifier me permet de m’autoriser à le faire. Je le bloque comme un rendez-vous sportif.

Je vois ce moment comme un cadeau que je me fais.

Par contre, si vous êtes plus impulsif que moi, vous pouvez tout aussi bien choisir sur l’instant, de tout arrêter, pour vous octroyer ce moment mais à mon sens, c’est plus compliqué. 

2. Un cocon créatif

Décider de se mettre en cré’action et devoir décider du lieu où l’on va créer, de l’endroit où l’on va installer notre matériel favori. Faire de la place sur un coin de table pour enfin commencer. Et zut, on n’a déjà plus envie de s’y mettre.

Pour ne pas laisser passer le moment précieux de cette envie qui monte, il est important de prévoir, à l’avance, un endroit où on se sent bien. 

Un petit bureau dans la chambre, qui n’appartient qu’à vous. Une table prête dans votre espace de travail de la maison.

Et si j’ai envie de dessiner à l’extérieur, un sac prêt à l’emploi que je n’ai plus qu’à embarquer vers le lieu prévu.

Cet endroit, c’est le vôtre, alors décorez-le en fonction de vos envies. Une bougie, une guirlande lumineuse, une plante, vos pierres fétiches, des photos inspirantes à proximité et le tour est joué.

Plus vous allez faire de cet endroit  votre cabane à rêves, plus vous n’aurez qu’une envie y retourner.

3. Sous la main

Maintenant que votre endroit est prêt, il est important d’y installer le matériel qui vous convient, votre boîte d’aquarelle laissée en suspens dans un tiroir depuis trop longtemps. Sortez un joli pot ou un vase que vous adorez pour y dresser un joli bouquet de pinceaux facilement accessibles. Laissez traîner sur le coin de votre espace un carnet, un bloc de feuilles, une boîte avec vos images inspirantes. 

Agencez votre matériel à votre guise mais sans tout enfermer dans un tiroir ou une armoire.

Le fait d’avoir vos outils à portée de main vous aidera à vous y mettre tout de suite quand l’envie vous viendra. J’ai une demi-heure à perdre dans mon planning d’aujourd’hui (avant d’aller chercher mon enfant à la piscine), hop, je m’assieds, je prends mon crayon et je griffonne quelques idées au passage vite fait.

4. Mon coffre à trésor

Avoir un carnet que je peux emporter partout et tout le temps peut être un bon moyen de me remettre en cré-action. Les idées nous viennent souvent par hasard et au moment où l’on s’y attend le moins. Pour éviter qu’elles ne s’évaporent, il est nécessaire de les noter ou les croquer au moment où elles se présentent à nous. 

Mais le carnet ne nous sert pas que pour décharger notre cerveau.

En effet, dans le premier moment où l’on veut se remettre à peindre, dessiner, on est bloqué par le « qu’est-ce que je vais bien pouvoir dessiner ?» « qu’est-ce que je vais peindre ? ». Ces phrases si elles tournent trop longtemps dans notre tête peuvent être un frein à la mise en action.

Avoir un carnet qui sert simplement à faire les premiers traits, les premières recherches sans se poser de question. Juste faire sans se donner d’objectif, juste toucher l’outil qui me convient aujourd’hui, et le tester. Sentir dans quel état d’esprit je suis à cet instant précis. C’est un peu votre échauffement avant votre course. Vous pouvez avoir un carnet de démarrage consacré rien qu’à ça. Un carnet que personne ne regardera, un carnet où tout est permis. 

C’est en démarrant comme ça que les idées vont s’offrir à vous.

Parfois, je passe tout mon temps à dessiner dans mon carnet de démarrage. Il devient sujet de mon temps de création en lui-même.

5. Pas de ligne d’arrivée à atteindre.

Lorsqu’ on souhaite se remettre à dessiner, l’idéal est de ne pas se fixer d’objectifs visuels en termes de résultat, le premier objectif étant de s’y remettre. 

Avoir une idée trop claire de ce que l’on veut faire peut parfois nous déforcer.

En effet, on a en tête le résultat final de ce bouquet de fleurs qu’on a envie de réaliser à l’aquarelle, on s’y met et puis le résultat obtenu est loin de ce que l’on avait imaginé.

On commence à se dévaloriser et ce moment finit par nous miner. Évidemment, repartir dans notre vie avec ce goût de « râté» ne nous aidera pas à nous y remettre la prochaine fois. 

Plutôt se dire « tiens, j’ai envie de peindre ce bouquet de fleurs », le faire sans trop réfléchir au résultat final. Dans un premier temps, faire le choix du papier, du format, et de l’ambiance colorée pour avoir une cohérence visuelle suffit à nous remettre en mouvement et à avoir un résultat déjà satisfaisant à la fin de la séance. 

Oser vous offrir un moment personnel, réactiver la pulsion créatrice qui dort en vous, dans un endroit qui vous ressemble et dans une ambiance qui vous fait vibrer, telles sont les astuces pour garder ses pinceaux en main. Pour le reste, profitez de ce moment, sans trop réfléchir, amusez-vous avec vos pinceaux, vos crayons, vos couleurs et appréciez simplement les gestes de peindre ou de dessiner. Avec un fond musical qui vous porte. Ce sont de bons ingrédients pour devenir accro à ces moments de création rien qu’à vous. 

Et plus vous sortirez de cette séance satisfait, plus vous aurez l’envie irrépressible d’y revenir. 

En résumé :

  • Je décide d’un timing que je m’offre
  • J’aménage un espace personnel
  • Je laisse à portée de main quelques outils qui vont libérer ma créativité 
  • J’ai un carnet d’inspiration toujours près de moi
  • Je ne me met pas d’objectifs finaux à atteindre

Ci-dessous, un lien vers une playlist musicale (des chansons qui me font vibrer), rien que pour vous, pour ce cadeau que vous allez faire à vous-même : https://open.spotify.com/playlist/39kcBVeQ9L6G1GDkqkDGsb?si=_I5frNsnTJuFVdsFYbVP4g

Tu as aimé cet article ? N’hésites pas à l’épingler dans ton Pinterest 🙂

Recent Posts

Leave a Comment

0